VAMPIRES

 

Lia Vilorë

 

  •  

    VAMPIRES D’UNE NUIT DE PRINTEMPS

     

    livre

    Dans cette poche, je me souviens avoir mis mon mouchoir en tissu porte-bonheur..! Mon mouchoir, parle !

     

    Fantastique    Enquête

    Adolescent

     

       Cher journal,

       Désormais, mon nom est Fáil, Lía Fáil, et je suis un vampire. Sans déconner ?
       Punaise de pouvoir idiot, et tu réponds à l’écrit en prime !
       Ben, depuis le temps, je sais que tu ne sais pas t’empêcher d’écrire tes tracas alors…
       Ouais… pas faux…
       Alors, vas-y, raconte…
       En décembre dernier, je suis devenue un vrai vampire du genre « Kit complet sans les petits inconvénients ». Avec le sexy garde-du-corps écossais en prime.
       Tu vas en faire des envieuses !
       Ouais… surtout qu’à l’heure qu’il est, c’est le seul à ne pas vouloir ma tête pour un crime que je n’ai pas commis !
       Qui est ?
       Toute ma nouvelle famille m’accuse d’avoir assassiné notre Maître, celui qui m’a créée. Mais je te jure : j’ai rien fait !
       Ça me rappelle quelque chose…
       M’en parle pas !

    Critique par Morgane R.

     

        J’ai découvert ce roman grâce aux éditions Petit Caveau, que je remercie beaucoup. Dès le résumé, je savais que j’allais apprécier ce livre. Cela s’est confirmé à partir de la première page.

        L’histoire est écrite à la première personne du singulier et nous la suivons du point de vue du personnage principal, Lía Fáil. De ce fait, le style d’écriture est moderne et la plume de l’auteur est incisive : les répliques cinglantes s’enchaînent, ainsi que les descriptions, très imagées et peu habituelles : l’auteur, à travers Lía Fáil, utilise des comparaisons et des métaphores peu ordinaires, un peu déroutantes au début et qui ajoutent un effet comique, si bien que le lecteur n’a aucun mal à visualiser la situation. Le vocabulaire, plutôt familier en ce qui concerne le personnage principal, correspond cependant tout à fait à sa nature et son caractère. Bien que le récit soit principalement écrit à la première personne, il alterne de temps à autre avec le point de vue d’autres personnages et dans ce cas, nous retrouvons une narration à la troisième personne et un vocabulaire plus courant, voire soutenu, qui correspond également aux personnages en question. Même si la première partie de l’histoire est plutôt consacrée à de la mise en place, le récit est rythmé, dynamique et très fluide. Il n’y a pas de longueur et le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer puisqu’il se passe constamment quelque chose, que ce soit dans l’intrigue principale ou dans la tête de Lía Fáil, puisque nous connaissons toutes ses pensées. Les nombreux apartés présents tout au long du récit, et par le biais duquel le personnage principal s’adresse directement au lecteur, implique encore plus ce dernier dans l’histoire. Il y a beaucoup d’humeur dans le récit, et tous ces procédés en rajoutent encore plus.

        L’intrigue, qui peut paraître prévisible au premier abord, est en fait très bien menée, surprenante et originale. L’univers du livre est très riche : l’auteur revisite le mythe du vampire et crée toute une nouvelle mythologie - expliquée dans le récit, mais également à la fin du livre, dans un lexique qui leur est dédié - autour de cette créature. Ici, la seule manière de tuer un vampire est de lui couper la tête, le reste ne fait que l’affaiblir et le retardé. Les vampires sont des êtres civilisés : pas d’effusion de sang, ils chassent et boivent du sang humain seulement pour entretenir leur pouvoir et sont très prévenants avec leurs donneurs. Ils ne se considèrent pas comme des monstres, seulement comme des êtres humains pour qui le temps s’est arrêté. Il y a encore bien d’autres choses à dire à leur sujet puisque l’auteur a fait un travail très complet qui chamboule notre vision classique de ces créatures.De plus l’auteur fait de nombreuses références à la pop culture, par le biais, par exemple de citations de films peu connus en début de chaque chapitre ou de blagues parsemées tout au long du récit et expliquées à la fin de chaque chapitre, ce qui permet au lecteur de comprendre le côté comique. Elle évoque aussi beaucoup le folklore irlandais, ainsi que les légendes celtiques, notamment le prénom du personnage principal, Lía Fáil, est traduit par la « Pierre du Destin », qui fait référence à une pierre magique grâce à laquelle le roi légitime d’Irlande est désigné. Dans le roman, Lía Fáil compare son partenaire Amaël à Galaad, personnage des légendes arthuriennes connu comme étant le « bon chevalier ». Une fois encore, l’auteur a fait un travail de recherches soigné, les éléments qu’elle cite étant historiquement corrects. Les personnages sont hauts en couleur, attachants et bien travaillés. Lía Fáil est une jeune femme à fort caractère d’une vingtaine d’année, universitaire passionnée d’Histoire, qui ne manque jamais de réparties. Elle est vulgaire et maladroite ce qui révèle un côté fragile et la rend touchante. Son partenaire, Amaël, peu paraître un peu cliché au départ, étant décrit à la fois comme le badboy au grand cœur et le chevalier servant, mais au fil de son évolution et la manière dont il se dévoile, on se rend compte que ce n’est pas un personnage si caricaturé que cela. Tous le monde a ses raisons d’agir comme ils agissent, que ce soit à cause de leur caractère et/ou de leur passé. Les décors où se situe l’action sont tout aussi bien décrits que le reste. Le tout confère une ambiance légère au livre, plein d’humour et de symboles qui en font une histoire beaucoup plus riches qu’il n’y parait.

        Pour conclure, j’ai adoré ma lecture et j’ai passé un très bon moment. Je conseille vraiment ce livre à tous ceux qui aiment les vampires et qui veulent quelque chose de léger et original. Et même si les vampires ne sont pas votre tasse de thé, n’hésitez pas à vous laisser tenter quand même parce qu’il vaut vraiment le coup.

    note

    envoûtant

  •  

    VAMPIRES DE SORCELLERIE

     

    livre

    Puissiez-vous rompre ce cercle vicieux et donner à cette petite princesse endormie une éternité heureuse…

     

    Fantastique    Enquête

    Adolescent

     

       Cet été-là, une série de meurtres est l’œuvre d’un tueur que les médias appelleront avec a propos bien qu’en toute ignorance « Le Vampire ».

       Ma partenaire, Lía Fáil, se dédie aussitôt à la tâche d’arrêter ce dangereux Eternel avant que ses crimes n’ameutent les tueurs de vampires. Hélas, elle rechigne d’autant plus à la prudence qu’elle se noie dans un chagrin gardé obstinément secret.

       Quand ma dame sur les traces du Vampire disparaît à son tour, moi, Amaël Ailill, je pars aussitôt en quête de réponses. Sans elles, je sais qu’il se me sera impossible de la retrouver saine et sauve…

    Critique par Morgane R.

     

       Je remercie les éditions Petit Caveau de m’avoir permis de découvrir ce très bon roman. Aillant adoré le premier livre, j’avais très hâte de lire la suite.

        Dans ce deuxième tome, l’auteur utilise le même procédé narratif que dans le premier : le récit est écrit à la première personne du singulier, mais cette fois-ci, nous suivons l’histoire du point de vue d’Amaël, partenaire du personnage du principal du tome 1. Ici aussi, nous avons à certains moments le point de vue d’autres personnages secondaires, écrit à la troisième personne du singulier, avec un vocabulaire courant. Amaël étant un personnage assez différent de Lía Fáil, cela se ressent dans le style d’écriture : le langage est plus soutenu, il n’y a pas d’aparté à travers lequel il s’adresse au lecteur et beaucoup moins de blagues. Le ton est moins léger que celui du premier livre. Cette suite nous révèle beaucoup de choses par rapport à certains éléments inexpliqués du premier tome. Cependant, elle apporte son lot de mystères, de suspense et d’actions qui donnent un récit très rythmé, dynamique et durant lequel le lecteur ne s’ennuie absolument pas. Une fois encore, l’intrigue est très bien menée, originale et surprenante. Si le premier tome était plus basé sur de la mise en place, ici nous entrons au cœur du sujet et les personnages, inconsciemment, se lancent dans une quête initiatique dont ils ne ressortiront pas indemnes. L’auteur approfondie et en dévoile plus sur les origines de ses vampires, qui remontraient à des temps très anciens, cette histoire faisant écho à l’histoire principale. Nous rencontrons également de nouvelles créatures, telles que les loups-garous, par exemple, qui sont inéluctablement liés aux Éternels, et dont nous découvrons aussi les origines. Bien que les folklores irlandais et celtiques soient encore très présents, les citations de films ont fait place à des extraits de chansons courtoises datant du Moyen-âge, qui rappellent le côté chevalier d’Amaël.

        Dans ce tome-là également, tous les personnages sont très bien travaillés. Lía Fáil n’est plus le personnage principal, mais elle reste un point central de l’histoire. Amaël la remplace en tant que héro : c’est un homme mystérieux, tourmenté par son passé, effrayé par son pouvoir qu’il a peur de ne pas maîtriser et de ce fait, ne pas pouvoir remplir la mission qui lui a été assignée : protéger Lía Fáil. Tout au long de l’histoire, nous le voyons évoluer et cette évolution est très bien menée. Nous retrouvons des personnages du premier tome, mais ils sont beaucoup moins présents. Eux aussi laissent place à de nouveaux protagonistes que nous découvrons et apprenons à connaître. La présence d’anciens personnages permet ainsi de faire le lien entre les deux œuvres, mais l’apparition de nouveaux apporte un vent frais et évite des répétitions. Amaël étant quelqu’un de pragmatique avec une part d’obscurité, cela se ressent sur l’ambiance générale du livre qui est plus grave et plus sombre que celle du premier tome. La magie et la sorcellerie, plus présentes que dans le premier livre, apportent un côté mystique. Le tout reflète totalement la personnalité et le caractère d’Amaël, comme le premier tome renvoie parfaitement l’image de Lía Fáil.

        Pour conclure, je dois avouer que je reste légèrement sur ma faim, car de nombreuses questions restent encore sans réponse et cela se termine sur une fin ouverte. Toutefois, cela ne m’a absolument pas empêchée d’adorer ce deuxième roman. J’ai le secret espoir que l’auteure en écrive un troisième qui, je pense, ne serait pas de trop. Il est rare de trouver des suites à la hauteur de la première histoire, mais l’auteure, avec son récit riche et fantastique, a réussi à le faire. Si vous avez aimé le premier tome, n’hésitez pas à dévorer celui-ci !

    note

    encorcelant

ImprimerE-mail