LE VILLAGE AU BOUT DU MONDE

LOUIS LE GALOUP I

 

Jean-Luc Marcastel

 

livre

C'était une frimousse toute en courbes, ovale et lisse à souhait, à la peau dorée, que le Bon Dieu avait embellie d'une constellation légère de taches de rousseur.

 

Fantasy mythique

Jeunesse  Adolescent  Tout public

 

   La nuit, le feu, une grande forteresse assaillie, une créature monstrueuse, un loup terrible, un loup debout... un galoup. Tel est le cauchemar qui hante Louis, dans son visage au bout du monde, près de la Grande Brèche et de sa lueur maudite...

   Derrière le simple garçon des montagnes, un autre se cache, plus griffu, plus sauvage, plus loup, qui attend son heure... Mais cet autre sera-t-il assez fort pour sauver son frère Séverin, l'impétueuse Roussotte et le royaume ? Car le Vicomte de Marsac et ses barons maléfiques se sont emparés du pouvoir et comptent bien le garder.

Critique par Maud G.

    Le premier contact que j'ai eu avec ce roman a été des plus surprenants, du fait de la couverture brune, texturée, donnant une impression de vieux livre. Un titre en relief, une illustration centrale glacée, Nouvel Angle met, encore une fois, la qualité au rendez-vous. Et les bonne vieilles habitudes sont toujours là pour le plaisir du lecteur avec, à la fin de l’histoire, des feuillets de magnifiques crayonnés signés par Jean-Mathias Xavier, suivis par quelques recettes du pays de Louis ! Bref, des bonus que l'on apprécie, encore et encore.

    Les premiers mots s'envolent que déjà on est pris par l'écriture simple, agréable, légère qui berce le roman. Jean-Luc Marcastel n'est pas seulement un auteur, mais un véritable conteur qui transmet à travers sa plume toute la dimension et la tradition orale des histoires d'autrefois. Grâce à la narration en point de vue omniscient, l’invitation et l'interaction avec le lecteur, le texte est merveilleusement vivant, avec sa dynamique excellente et son très bon rythme. La mise en page est soignée, chaque tête de chapitre affichant en plus un bandeau illustré en rapport au récit. Les dialogues sont pleins de vie, de terroir, de caractère, toujours utiles au récit et participent à l'humour déjà quasi omniprésent qui plane de pages en pages.

    Mais venons en à l'histoire ! L'auteur nous fait découvrir une France moyenâgeuse ayant pris un tout autre tournant suite à une véritable catastrophe écologique : entre mutation de le faune en véritable monstres et destruction d'une partie du pays, on pourrait s'imaginer le début d'un scénario de science fiction ou d'anticipation... Mais c'est bien dans la fantasy mythique et les codes du folklores que le lecteur est transporté. Les lieux, le décor, tout sent bon le Cantal à travers des descriptions minimalistes mais très imagées. Les personnages sont tous exploités avec intelligence, au caractère et psychologie développés suffisamment pour leur donner de la pertinence. Petit bémol que j'aimerais souligner tout de même, je trouve que l'âge des protagonistes ne correspond pas à l'image que le texte leur confère, à leur manière de s'exprimer et réagir... Un peu dommage. L'intrigue n'est peut-être pas des plus originales, mais la manière dont est exploitée le mythe du loup-garou et comment sont mis en scène les événements et les personnages nous promet du potentiel pour la suite à venir ! L'ambiance est prenante, vivante, et le lecteur en redemande.

    Avec ce premier tome, Jean-Luc Marcastel nous invite au coin du feu pour nous faire découvrir un récit palpitant qu'il sera difficile de lâcher avant la fin... Bref, un roman sur fond de conte traditionnel particulièrement passionnant et dont on a qu'une seule envie : se jeter sur la suite pour en dévorer chaque ligne !

note

un petit goût de terroir

ImprimerE-mail