LA LÉGENDE D'ERCILIA

 

Christine Rato

 

livre

De mes cendres, grâce à vous, je renais. Dès cet instant, vous m’appartenez à jamais…

 

Fantastique    Horreur

Jeunesse

 

    Halloween est la soirée parfaite pour se raconter des histoires qui font peur… et se lancer des malédictions !

    Des malédictions ? Pff, ça n'existe même pas !

    C´est bien ce que croyaient Morgane et ses copines Thérèse et Magali jusqu´à ce que Clarisse leur raconte La Légende d'Ercilia…

Critique par Zélie B.

 

    Je tiens tout d’abord à remercier Nats Éditions pour cet envoi. J’avais précieusement gardé ce livre pour une lecture nocturne, nombreuses par mes insomnies chroniques. Une bonne frousse ne me ferait pas de mal, je me disais ! Tu parles...

    A peine le livre commencé, j'ai compris qu'il serait difficile d'aller jusqu'au bout. Pour être franche, je n’ai vraiment pas apprécié l’écriture, notamment par la narration. En effet, l’histoire est racontée par Morgane, une jeune fille de 13 ans et s’adresse directement à nous, nous tutoyant. Bien fait, c’est un choix qui peut s'avérer tout simplement génial, sauf qu'ici, ce n’est pas le cas, cela principalement à cause du caractère de notre narratrice, mais j’y reviendrais. Vous l'avez donc compris, c’est une jeune fille qui parle, et nous le ressentons dans la lecture, notamment à cause des propos tenus, souvent répétitifs et redondants. Morgane critique, souvent, parfois même de façon puéril et méchante. Et en plus d’avoir personnellement cela en horreur, les remarques sont pour la plupart du temps injustifiées. Et elle recommence, encore et encore, cassant ses copines. C’est difficile d’aimer un livre lorsque l’héroïne nous sort par les yeux, je vous le dis ! A côté de cela, on déplore une dynamique et un rythme de texte assez plat, ce qui n'est pas pour servir le récit... Pour être claire, ce livre est peu, voir pas abouti. J’ai presque eu l’impression de lire le premier jet d’écriture de Christine Rato. Ça m’a blasé.

    Les autres personnages sont très appréciables - hormis l’héroïne, vous l'avez compris -, comme la sombre Clarisse ou la truculente Magali. J’aurai peut être voulu en connaitre plus sur elles, car l’auteur laisse planer quelques situations familiales atypiques au dessus d’elles et qui auraient vraiment mérité d'être mis un peu plus en avant. Sans parler des questions qui resterons sans réponse : la naïve Thérèse a-t-elle deux parents mormons ? Nous ne serons pas. Sans parler qu'à côté de cela, certaines situations sont également prévisibles et faciles. Mais contre toute attente – et autant avouer que je n’attendais plus rien de ce roman -, la fin m’a agréablement surprise, puisqu'elle répond à l’une des grandes questions de ce roman : Mais où est donc passé le fichu livre de Clarissa ? C'est ici assez extraordinaire compte tenu de problèmes de fond et de forme que subis le récit... Aussi, enfin quelque chose de bien qui justifie qu'on le souligne. C’est malheureusement l’unique bon point de ce roman, trop répétitif.

    Soyons honnète, c'est un livre qui ne trouvera pas sa place auprès de lecteurs aguerris. Ce n'est pas franchement l'ouvrage du genre que je recommanderais avec engouement, mais il conviendrait pourquoi pas aux plus jeunes, aux petits nouveaux dans le monde des livres.

note

Décevant

ImprimerE-mail