AHRIMAN

 

Gwenn Aël

 

livre

Ce pauvre homme qui prie avec ferveur, qui pleure, cette malheureuse âme qui aurait dû être son frère, doit mourir. Il les sent dans sa tête. Les cavaliers. Ils sont là, tout près de lui, à attendre son signal.

 

Fantastique    Policier

Adulte

 

Alors que Toulouse sombre dans un déferlement d’intempéries inexplicables, le lieutenant Éliot Bénin est confronté à la plus sordide affaire de sa carrière. Des meurtriers aussi déterminés que sanguinaires s’inspirent des méthodes de l’Inquisition et de la mise à mort du Christ pour assassiner des hommes.

Bénin ressent immédiatement le caractère hors norme de cette enquête qui le mènera, deux millénaires en arrière, au jour lointain où tout a réellement commencé : en l’an 33 après J-C…

Critique par Yann B.

 

    Lorsque l'on reçoit un livre en Service de presse, c'est toujours une bonne nouvelle. En plus quand il arrive le jour de son anniversaire, c'est un beau cadeau… Merci à l'auteur et son éditeur pour cet envoi. Au premier abord, le livre est agréable, une couverture assez attrayante, une 4e de couverture alléchante promettant une bonne histoire, même si le thème risque de subir la comparaison avec la multitude de récits dans le genre. Mauvaise habitude, je regarde la fin de l'ouvrage. Pas de suite affichée et donc attendue

    À la lecture, les premières impressions sont assez mitigées. Le style est agréable, fluide, les personnages sont bien développés et leur histoire nous dresse un portrait profond. On sent que ce ne sont pas des faire-valoir de l'enquête. On avance dans la lecture sans trop se poser de questions et les pages se tournent toutes seules. Ce qui change et qui donne une bonne ambiance c'est le changement de parti pris. En effet, on alterne les chapitres courts sur l'enquêtes qui sont développés un peu comme des scènes de théâtre. Un lieu, une scène, un chapitre. Mais surtout parfois le texte change, aussi bien dans le fond que la forme. On passe de la vision d'un inspecteur de police pris dans une enquête sordide, à celle d'un inconnu. On suit ses pérégrinations, son enfance, ses états d'âmes. Et plus on avance, plus on se retrouve face à une évidence quant au meurtrier. On avance comme sur un plan en caméra épaule. L'ambiance est brumeuse et donne un sentiment glauque à ce livre. Et c'est là que le bât blesse. Le livre est court - environ 300 pages -, et les descriptions s'enchaînent, donnant certes une impression de profondeur aux protagonistes, mais ralentissant l'histoire. L'enquête piétine. Elle a d'ailleurs du mal à démarrer. Il faut certes planter le décor, mais on ne prend la notion d'une enquête ésotérique autour d'un tueur tordu et récidiviste qu'après une centaine de pages… C'est long… Enfin, petit détail qui gêne un peu la lecture, aucun alinéa en début de paragraphe, ce qui donne un aspect étouffant au texte. Il ne respire que par les découpages de chapitre très courts.

    Sur le fond, l'histoire tiens bien la route. Une enquête difficile, peu d'indices, certaines nouveautés qui se font remarquer, mais surtout l'atmosphère étrange qui se dégage du récit, renforcé par de nombreuses originalités météorologiques. Et c'est sans doute ce qui dérange le récit : une surabondance de fantastique. Et c'est là qu'Ahriman ne supporte plus la comparaison. Là où Giacommetti, Ravenne, ou encore Perez Reverte nous dressaient des ambiances où le fantastique se dissimulait dans la réalité, Gwenn Aël nous assène du fantastique presque dès la première page. Le surnaturel est très présent, trop présent, et gâche ce qui fait le charme d'un policier fantastique : le doute. Rapidement, le doute sur le fantastique n'est plus permis. Rapidement, on passe d'une réalité concrète et réaliste, à du fantastique où on pourrait voir à tout moment surgir une créature de légende. Jamais on ne s'interroge sur le comment d'un indice étrange. On sait que la réponse pourra être fantastique. Laisser un peu plus de doute aurait été un vrai plus dans cette lecture. Oh et quid du mystère annoncé en 4e de couverture ? Eh bien, il serait presque facultatif. Arrivé trop tard dans le récit, il peine à relever l'intérêt et on sent difficilement qu'il a une vraie place dans le récit, car trop léger et pas assez exploité. On se perd donc dans les visions du meurtrier, des scènes du passé lointain qui a une signification aujourd'hui, d'énigme sur les cathares et d'approfondissements des personnages par un passé qui n'a que peu d'impact. En soit, de telles digressions seraient géniales et donneraient un véritable consistance et profondeur au récit… mais pas pour un livre aussi court ! Et pourtant, l'histoire est documentée. On a de nombreuses références sur la région qui donnent envie de continuer. Et pas que de petites références ! L'abbé Saunière - qui est une figure marquante et classique du policier fantastique -, apporte à lui seul une multitude d'analyses possibles et de pistes ésotériques. La région de Toulouse, où se situe l'action, est à elle seule un vivier de possibilités. Mais là encore on noie ces idées et références dans un récit trop court.

    Au final, un roman sympathique qui aurait mérité un traitement plus long. Sans en faire un monstre comme Drood de Dan Simmons, le double de pages aurait permis de développer plus encore toutes les références et toutes les volontés de style, de leur donner une vraie place dans le récit. Toutefois, la fin permet de relancer un peu l'intérêt. On retrouve un peu de vigueur perdu au fil des pages et les explications sont assez bien venues et bien vues tant par la nécessité vis-à-vis du genre, que par leur point de vue original. Un roman moyen, sauvé par quelques bonnes idées et constructions originales, mais qui souffre de la comparaison et d'une volonté affichée trop tôt de surnaturel.

note

dommage

ImprimerE-mail