À LA POURSUITE DE MA VIE

 

John Corey Whaley

 

a la poursuite de ma vie john corey whaley

Voilà : j'étais vivant, et puis je suis mort. C'est aussi simple que ça. Sauf que je suis de retour. Ce qui s'est passé dans l'intervalle reste pour moi un peu flou. Tout ce que je peux vous dire, c'est que ma tête a été aspirée de mon corps puis placée dans un congélateur de l'hôpital de Denver, dans le Colorado.

 

Anticipation     Récit de vie

Jeunesse     Adolescent

 

   L'année de ses 16 ans, Travis Coates a perdu la tête. Littéralement. Frappé par une leucémie incurable, il a accepté la folle proposition des médecins : laisser mourir son corps et cryogéniser sa tête, dans l'espoir que les progrès scientifiques permettront de la greffer un jour sur le corps d'un donneur. Personne n'y croyait vraiment, Travis le premier, et pourtant…

   Cinq ans plus tard, il revient à la vie. Il a toujours 16 ans, mais autour de lui tout a changé. Sa maison, ses parents, son meilleur ami et surtout son amour de toujours, Cate, qui vient de fêter ses 21 ans. Cette nouvelle vie est peut-être un cadeau, mais d'un genre très compliqué à gérer.

Critique par Emeline A.

 

    À la poursuite de ma vie annonçait un récit « Inquiétant, hilarant, bouleversant, et absolument magnifique. ». À la lecture de la quatrième de couverture, je dois bien dire que l'originalité du thème avait suffi à me donner envie de lire ce roman... Mais autant dire qu'il fut très éloigné de mes attentes.

    Premières lignes, première déception : le style est désagréable. On remarque d'abord les phrases courtes qui se succèdent parfois difficilement. On se rend ensuite compte de la pauvreté du vocabulaire. Dans l'ensemble, ce livre se lit facilement – trop facilement. L'écriture aurait été adaptée pour un roman jeunesse à destination des 10-14 ans, mais absolument pas pour le public visé que sont les adolescents. Il faut au moins reconnaître l'absence du registre familier, piège dans l'auteur aurait pu tomber et qui n'aurait pas eu sa place ici.Puisque les relations entre le héros et son entourage constituent le moteur de l'intrigue, ils sont abondants. De fait, même si la plupart sont pertinents, quelques uns restent superflus et semblent n'être là que pour combler un vide. La pauvreté se retrouve avec le passé composé. L'utilisation de ce temps n'est pas toujours mauvais signe. Cependant, ici, ce choix n'est pas intéressant. Il sonne faux. La même remarque est à faire pour le point de vue. Il s'agit d'un récit à la première personne, nous sommes dans la tête de Travis. Compte tenu de l'histoire c'est assez logique et ouvre des possibilités. Le problème est que Travis est exaspérant, et que le lecteur n'en sera que plus lassé. Pour finir sur le style, le rythme est aléatoire. Globalement il se tient, il n'y a pas de grosses longueurs et il demeure égal… Mais il reste des passages où un lecteur qui s'ennuie facilement sera tenté de reposer le livre.

    L'intrigue s'annonçait excellente. Le thème choisi est audacieux et offrait des tonnes de traitements possibles. En effet, revenir à la vie cinq ans plus tard n'arrive pas à n'importe qui ! L'auteur a voulu éviter de tomber dans le drame, et faire quelque chose de léger. C'est une initiative bienvenue et originale. Il y a du positif : plusieurs questions intéressantes sont posées, l'intrigue est développée, des passages sont comiques et émouvants. On a vite envie de connaître la suite, il y a un côté addictif. Cependant, l'auteur reste trop en surface : creuser les thèmes et faire une histoire amusante n'était pourtant pas incompatibles. On entre directement dans l'histoire, ce qui permet de ne pas s'ennuyer. L'auteur fait tout pour que nous ne soyons pas perdus, c'est donc un véritable point fort. Le problème est plus dans son prolongement. Il y a des rebondissements mais beaucoup de questions restent en suspens, et y mettre un terme aurait été bénéfique. Là, on a juste l'impression d'un roman inachevé... C'est aussi l'impression que l'on peut avoir des personnages : le portrait de la plupart est brossé rapidement, mais ils restent finalement insipides. Travis est le seul qui échappe à ce reproche. Malheureusement, il n'est pas intéressant pour autant. Son caractère plaintif porte rapidement sur les nerfs et ne le rend même pas touchant. C'est vraiment dommage… D'autre part, malgré ce qui est annoncé sur la quatrième de couverture, l'intrigue se passe dans un lieu et une temporalité vagues. Cela permet peut-être de plus s'identifier au personnage et de mieux visualiser l'histoire. Dans ce sens, cela peut-être bien. Malgré tout, l'opération qu'a subi Travis témoigne d'une avancée scientifique incroyable. On peut regretter de ne pas se trouver alors dans un univers un peu futuriste - contrairement à ce que laissait penser le résumé.

    Tout n'est pas à jeter dans ce roman, mais il est un peu vide globalement. Il est plus à destination de plus jeunes lecteurs pour qui l'histoire conviendra mieux. Sans être un chef d’œuvre, il se lit facilement et ébauche des thèmes intéressants.

note

creux

Imprimer E-mail